20 sept 2004

Melocoton (pâte de coings à la cocotte-minute)

3 commentaires Sucrivore

Melocoton, ça m’évoque tout de suite le nom d’un groupe que j’aimais bien, pour des raisons archi-sentimentales (le groupe a disparu depuis…).

J’ai appris ensuite que c’était le nom de la pêche en espagnol, ce qui m’a beaucoup surpris parce qu’en italien (que je maîtrise bien mieux !) la mela cotogna c’est le coing, ce qui n’a strictement rien à voir (OK, les deux sont délicieux).

Quand j’étais petite, nous nous rendions souvent en Sicile pour passer l’été. Dans l’appartement qu’on nous prêtait, au fond d’un placard, attendait en rangs sages des petits pots de terre vernissée remplis de pâte de coings en train de sécher sous une épaisse couche de sucre. Interdiction d’y toucher avant que la mamma ait décrété que tout cela était assez sec ! C’était des semaines de tortures, mais le jour où on la démoulait, quelle fête

C’est avec ce souvenir en tête que j’ai acheté chez Nabil (oui, c’est le nom de mon marchand de légumes) un joli kilo de coings, sans avoir la moindre idée de comment on préparait la pâte de coings.

Arrivée à la maison, une plongée sur Marmiton et dans divers livres de cuisine me calma assez vite : les plus optimistes parlaient de 3 h de cuisson !!! Ouh la la. Je travaille moi Monsieur, et s’il faut attendre le week-end pour les préparer et se régaler, ça ne va pas du tout. Ah non.

Heureusement, la Providence est apparue sous les traits du super blog « La Cuisine du Jardin »qui livrait une recette de pâte de coings à la cocotte-minute : une demi-heure de cuisson, le rêve !

Nous transformâmes alors la cuisine en confiserie jeudi soir, mixâmes et moulâmes… et nous partîmes en week-end : la solution idéale pour laisser sécher sans être trop tenté de les dévorer.

En rentrant ce soir de Bretagne, j’avoue que j’avais absolument oublié les pâtes de coings. Je me suis fait une surprise à moi-même en les retrouvant, alors le verdict :

 

  • avec 1 kg de coings et une bonne règle de trois par rapport à la recette de La Cuisine du Jardin + quelques clous de girofle, nous avons pu remplir 2 pots de confiture, remplir un moule à tarte rectangulaire de pâte et une plaque à mini-financiers en silicone ;
  • pour faire des petites pâtes de coings comme celles du commerce, l’utilisation de la plaque à mini-financiers était vraiment judicieuse : c’était parfait à décoller, très simple à nettoyer et il n’y avait plus qu’à rouler dans le sucre.
  • le plus important : c’est simple, délicieux, facile à faire, et quand on ouvre la cocotte-minute, la couleur est magnifique !

 

Une assiette (presque) vide en est la preuve !
Pour la recette, suivez le lien : http://olharfeliz.typepad.com/cuisine/2004/09/marmelalda_sard.html et encore merci pour cette super recette désormais adoptée !

Partagez allégrement !

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS
16 sept 2004

Rhubarb’à papa

3 commentaires ... aux fruits

 

Malgré les essais, pas de gagnant au concours ! Merci d’avoir participé.
La bonne réponse était (roulement de tambours) : de la RHUBARBE !

Preuve à l’appui :

C’est de la rhubarbe pochée à la vanille, une recette que j’ai apprise à l’atelier gastronomique d’Alain Ducasse (je vous raconterai ce que j’y ai fait et tout le bien que j’en pense très prochainement, malgré le prix des ateliers).
La rhubarbe est pour moi, fille du Sud, presque un fruit exotique. Je m’explique : je n’avais jamais mangé de rhubarbe avant mes 21 ans, bref avant d’être à Paris. En passant devant une boulangerie, j’ai avisé une tarte étrange que je n’avais jamais vue (la rhubarbe, ça pousse pas trop vers Marseille, et je n’en avais jamais vu sur le marché) que je me suis empressée de dévorer. Et là, révélation totale… ce qui est logique en regard de mon goût pour les mets acides. En plus, c’est d’un rose magnifique, et à part la betterave (no comment) je ne connais pas beaucoup de fruits avec une aussi jolie couleur.
J’attends toujours la saison de la rhubarbe avec impatience, et mon fiancé sait comment m’amadouer, avec un beau bouquet de rhubarbe (dans un vase, s’il vous plaît ! mais parfois j’ai aussi des bouquets qui ne se cuisinent pas).
Bref ! Venons-en à la recette. Longtemps j’ai pratiqué la compote de rhubarbe simple (sucré avec du fructose pour limiter l’addition calorique, légèrement épicée avec du gingembre, et parfois avec des fraises ou des framboises) avant de pratiquer la rhubarbe entière pochée.
L’avantage : la rhubarbe reste entière, et peut faire partie d’un dessert monté par couches. C’est bien plus élégant et cela fait toujours une manière de plus de se régaler. Et ce petit goût de vanille est exquis !


 
Rhubarbe pochée à la vanille

  • 1 kg de rhubarbe (essayez de prendre des tiges d’à peu près la même épaisseur)
  • 200 g de sucre
  • 1 l d’eau
  • 1 gousse de vanille

Nettoyer la rhubarbe, la couper en tronçons de longueur identique et en essayant de conserver la même largeur. C’est important pour assurer une cuisson facile et homogène de la rhubarbe.
Mélanger dans une grande casserole le sucre, l’eau et les graines contenues dans la gousse de vanille. Faire chauffer jusqu’à frémissement, puis y plonger 1/3 des morceaux de rhubarbe : ils doivent baigner dans le sirop sans être entassés. Laisser cuire environ 8 mn à petits frémissements : il faut bien les surveiller et il faut les retirer avant qu’ils ne se délitent. Utiliser la pointe d’un couteau pour tester la cuisson, il doit s’enfoncer sans difficulté.
Les retirer à l’aide d’une écumoire et les déposer dans un plat creux : s’ils vous semblent encore trop fermes, le truc est d’ajouter un peu de sirop brûlant par dessus afin qu’ils finissent de cuire.
Recommencer l’opération avec la rhubarbe restante. Quand tout est fini, couvrir de sirop tiède, ajouter la cosse de vanille pour qu’elle continue à infuser. Conserver au froid 24h avant de déguster…
Délicieux avec un fromage blanc, un coulis de framboises, des biscuits roses de Reims, un nuage de barbe à papa pour la couleur… je fais confiance à votre imagination !

 

Partagez allégrement !

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS