La meilleure mozzarella de Paris -quoique, la burrata est aussi fantastique !

 

Je devrais garder l’adresse pour moi. En fait, je la garde précieusement depuis 3 ans. Elle m’a sauvé des dizaines de fois : buffets italiens, pâtes fraîches, délicieuses charcuteries… ou envie folle de parler italien avec la sympathique jeune fille aux yeux verts qui la tient.

Je l’aime tellement, cette boutique italienne magique, que mon nouveau boulot se trouve juste à côté et que maintenant, je suis « forcée » de passer devant 4 fois par jour : 4 fois tentée d’y aller. Je me retiens, je n’y vais qu’une fois par semaine.

Bon, j’arrête de vous faire lanterner et je vous raconte…

Cette « cooperativa » a plusieurs boutiques dans Paris et a réellement la top of the top des mozzarella di buffala. Livrée le mardi et le samedi, en direct du Latium, son accent est inoubliable.
Elle est énorme, avec une croute plus dense, sous laquelle se cache un velours blanc bien crémeux et soigneusement filé.

Dans cette boutique des merveilles, quelques raretés aussi : tout, absolument tout, vient direct d’un petit bled à 60 km au Sud de Rome, par camion 2 fois par semaine.
De la très bonne huile d’olive bio à prix raisonnable, des mélanges de légumes secs à cuire vite fait à la cocotte-minute, et aussi un renversant pesto di salvia qui vous réveille parfaitement des escalopes ou de simples courgettes sautées. J’ai un pot pas encore ouvert qui me fait de l’oeil dans le placard, qui attend que Virgile soit sevré pour que je puisse en manger : la sauge, tout comme la menthe, ayant pour propriété de tarir la
lactation. Si ça continue, je pourrais écrire un gros billet sur ce qu’il faut manger ou non quand on allaite. il y a vraiment de quoi dire !

Pour les fromages, là encore, des raretés d’une fraîcheur incroyable : rotella (mozza roulée avec de la roquette et du jambon, délicieux comme plat principal avec une salade) et surtout, surtout, la démoniaque burrata, inventée par un vicieux du produit laitier.
Imaginez : vous coupez votre boule de mozza sur votre belle planche à
découper, et elle ruisselle de crème fraîche!!!!!! Non non, pas du petit-lait, de la crème, vous avez bien lu : c’est de la mozza tartinée de crème, puis roulée et « refermée » à l’identique.

Un peu le Brillat-Savarin de la mozza, niveau matières grasses, mais complètement slurpissime, la dernière boule a fini sur un beau lit de roquette, tomates confites, olives, vinaigre balsamique blanc (j’insiste). On a pas pris de dessert, je vous rassure.

Enfin, on y déniche aussi de bonnes pâtes fraîches, des gnocchetti di patate très tendres, des orrechiette fraîches à déguster avec des brocolis et des amandes, et des merveilleuses troffie : promis, la semaine prochaine, je vous livre une recette pour les accomoder, ces jolies pâtes ligures.

Il est d’encore meilleur ton de commander directement en italien, si vous maîtrisez la langue ou si vous souhaitez vous excercer.
Si vous voulez en savoir plus sur la Sicile, allez à la boutique de la Madeleine, le beau brun qui la tient est très bavard sur sa région d’origine !

Cooperativa Lateria Cisternina
Mon adresse : 48 rue du Faubourg Poissonière – 75010 Paris – Métro : Grands Boulevards, Poissonière.
Aussi : rue Godot de Mauroy 75009 Paris – Métro : Madeleine
( 3 autres adresses dans Paris, une rue Geoffroy St Hilaire notamment)

Dans les prochains épisodes de Desperate WorkingMom: une recette avec des pâtes achetées à la latteria donc, une adresse pour des feuilles de curry fraîches avec une recette black is black, un bouquin extraordinaire, à haute teneur en légumes et en frissons. Et peut-être un concours ?

Facebook
Twitter
Google + E-mail
10 Commentaires Ajouter le vôtre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *