Granterroirs, épicerie-restaurant

Vous allez dire qu’en ce moment, je sors beaucoup et je fais moins de recettes… Ce n’est pas tout à fait faux : je profite de mes derniers déjeuners avec mes collègues avant de partir en congés mat’,
et les recettes que je prépare actuellement servent surtout pour un prochain bouquin… Mais promis, je m’y remets d’ici fin mai !

J’étais souvent passée devant Granterroirs et en moins d’une semaine, j’ai eu l’occasion d’y déjeuner deux fois. Déjà , vous avez une idée du résultat : si j’y suis retournée, c’est que c’était bon !

_users_ester_pictures_iphoto_library_2005_04_29_pict0015

Le concept est agréable : c’est avant tout une grande épicerie où sont posées de grandes tables en bois que l’on partage avec des inconnus à l’heure du déjeuner. Une table d’hôtes en plein Paris, voilà qui est un peu dépaysant.

La carte est du genre salade/tartine/plat du jour. Mais les salades sont abondantes et assaisonnées de très bonne huile d’olive, les tartines et les terrines ne sortent pas des cakes de Sophie, les plats du jour sont bien tournés. A noter : de nombreux ingrédients que vous
dégustez sont en vente dans l’épicerie et sont signalés par un astérisque (moutarde, tomates séchées, tapenade), dans le genre, ça motive pour le choix des produits. Les proprios sont sûrs de la qualité puisque vous pouvez déguster tout ceci en direct de leur cuisine.

Le lieu et l’épicerie sont d’ailleurs charmants :

_users_ester_pictures_iphoto_library_2005_04_29_pict0010

Pour le premier déjeuner, nous avons goûté une salade italienne (tomates séchées, roquette, mozza, jambon cru, huile d’olive et balsamique) et un plat du jour qui était un croustillant de cabillaud aux légumes.
Je traduis en français : un pavé de cabillaud avec peau sur lit de julienne carottes-courgettes, enveloppé d’une feuille de brick , jolie petite île dorée posée sur une mer de sauce tomate
épicée. Propre, rapide, bien troussé.

Le plus sympa était le dessert : un chaud-froid d’oranges très bien réalisé. En strates géologiques, en partant du fond d’un verre : compote tiède d’oranges à la cannelle, volutes de crème fouettée vanillée, couronne de suprêmes d’oranges fraichement pelés, saupoudrage de zestes d’orange confits.

_users_ester_pictures_iphoto_library_2005_04_29_pict0005

Pour le deuxième déjeuner : mille-feuilles de betteraves au foie gras
-les convives étaient ravis.

Vous ne m’en ferez pas manger pour tout l’or du monde, je n’ai même pas goûté : c’est la première fois sur ce blog que je parle d’un mets que je n’ai pas testé, c’est pas sérieux ça…
Je confesse, je déteste les betteraves, que les sucriers et Napoléon III me pardonnent !

Enfin, pour ceux que ça intrigue, à défaut du goût, vous aurez l’image :

_users_ester_pictures_iphoto_library_2005_04_29_pict0002

L’accord betterave/foie gras semble très à la mode en ce moment, et a priori convaincant (le mot a priori prend alors tout son sens).

Pour ma part, ce fut une terrine de poisson, qui était convaincante, loin de la ragougnase habituelle. Les filets de poisson étaient entiers, bien fermes, en couches brillantes, mélangés à des lanières de légumes croquantes et épaisses (courgettes, aubergines, tomates confites). Rien à voir avec l’habituel pain de poisson blanchâtre et poisseux. Avec sa jolie saladette d’herbes, c’était un vrai déjeuner de soleil.

Sur mes recommandations, mes petits camarades ont choisi le chaud-froid à l’orange qui leur a fait pousser les mêmes petits cris que moi au début de la semaine : c’était paraît-il parfait pour un vendredi.

Pour moi, comme toujours aux prises avec mes envies de fraises, j’ai dégusté un gaspacho de fraises à la menthe, avec une boule de glace vanille. Niente male, comme on dit en Italie : frais, parfumé, digeste, et pas trop sucré. L’idéal pour moi en ce moment.

Service gentil et drôle ; en plus, ça dépote en cuisine, pas plus de 5 mn d’attente. Malgré la convivialité « forcée » de la table d’hôte, le lieu est chaleureux et finalement intime.

A noter, on vous propose un verre de vin pour chaque plat, et les choix m’ont parus tout à fait judicieux et les crus abordables ; ceux qui peuvent boire du vin me l’ont abondamment confirmé !

L’addition ? Compter de 15 à 18 euros pour un plat, 6 à 8 euros pour le dessert.

La conclusion ? Parfait pour le déj’, les produits sont bons, mais un peu cher à l’épicerie : un bon spot pour les cadeaux. J’y retournerais… quand je pourrais boire, car leur sélection de vins a l’air parfaite.


Granterroirs
30 rue de Miromesnil
75008 Paris
Tél. 01 47 42 18 18
De 12h à 15h uniquement pour la table d’hôte
Toute la journée pour l’épicerie.
Métro Miromesnil
Site : http://www.granterroirs.com/

Facebook
Twitter
Google + E-mail
4 Commentaires Ajouter le vôtre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *