Yaourts maison au lait de soja, compote d’abricots vanille-basilic

Le résultat des premiers tests au soja !!! Et…l’arrêt rapide de l’utilisation « de remplacement » du lait par des dérivés de soja.

Première expérience :
Il est en effet très facile de faire les yaourts au soja dans une yaourtière Seb.
C’est exactement pareil que pour faire des yaourts au lait de vache ! Il faut donc un pot de yaourt au lait de soja (j’avais pris un Sojade), un litre de lait de soja (en l’occurence j’ai testé Bjorg), et … c’est tout.
Mélanger, touiller, ratatouiller soigneusement, verser dans des pots, allumer la yaourtière, laisser faire et mettre les couvercles le lendemain matin, et surtout, faire refroidir au frigo.
Résultat : des yaourts fermes et onctueux, meilleurs encore que les originaux.

Mes commentaires :
– Le yaourt au soja maison est aussi bon voire meilleur que ceux du commerce. Surtout, économiquement, c’est vraiment
plus rentable : 90 centimes d’euros les 2 pots de Sojade, 2 euros le litre de lait de soja qui vous permet d’en faire 8. Donc, 2 euros 45 les 8 pots, j’y go.
-Pour plus de sécurité, je les ai fait « incuber » 2 fois : cela permet d’être sûre qu’ils seront fermes au final. C’est aussi ce que je fais l’hiver quand il fait très froid, pour être sûre que les yaourts « prennent » bien. Il s’agit en fait, après un premier cycle de chauffage de la yaourtière, d’en enclencher un deuxième. Le reste se fait comme d’habitude.
– Le problème du yaourt soja est, à mes yeux, son manque d’acidité. Finalement, c’est l’acidité que j’aime tant dans le yaourt nature ! Au moins, maintenant je sais POURQUOI je les apprécie. Et j’avais au frigo une compote d’abricots à la vanille et au basilic qui, mélangée au yaourt, lui apportait la touche d’acidité recherchée.

Et voilà mon petit-déjeuner de cette semaine :

pict0088

Deuxième expérience : la compote d’abricots était vraiment trop bonne pour ne pas vous en parler. Les abricots, c’est un amour fou, le top de l’été, et je vais encore faire d’autres recettes d’ici la fin de leur saison trop délicieuse.
Avec des abricots soldés de la fin du samedi après-midi, une compotée rapide et facile, avec mon obsession du basilic dans les fruits (après les fraises…l’abricot).

Compote d’abricots à la vanille et au basilic
1 kg d’abricots très mûrs
75 g de fructose (ou 150 g de sucre)
1 belle gousse de vanille
10 feuilles de basilic à grandes feuilles

Laver les abricots. Les dénoyauter.
Dans une grande sauteuse anti-adhésive (j’ai utilisé mon wok anti-adhésif, c’était parfait),
déposer les abricots, le fructose et la vanille (soit que les graines grattées, la gousse vous servant à faire du sucre vanillé ; soit graines grattées et gousse que vous enlèverez au moment de servir).
Laisser cuire à feu vif environ 10 mn pour que les abricots rendent leur eau le plus possible.
Réduire ensuite le feu au minimum et laisser compoter en écoutant les « ploc ploc ploc » jusqu’à obtention de la consistance de votre choix (pour moi, c’est très réduit, donc cela a cuit 1h environ).
Rincer rapidement le basilic, le ciseler.
L’ajouter à la compote, laisser chauffer 1 mn pour qu’il infuse sans cuire.
Laisser refroidir et mettre au froid, car cette compote est encore meilleure le lendemain…et les jours qui suivent, vanille et basilic continuant à diffuser leurs parfums dans les abricots confits.

Troisième expérience : les lecteurs de ce blog sont vraiment formidables, et voilà pourquoi je vais finalement consommer avec une grande modération mes dérivés de soja.
En effet, un de vos commentaires m’a mis la puce à l’oreille, à propos des effets hormonaux du soja. Un petit tour sur le site de l’AFSSA (Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments) et voilà :
« Une précaution importante apparait donc d’éviter chez la femme enceinte et allaitante une consommation élevée d’isoflavones, notamment sous la forme de complémemts alimentaires. De meme, la consommation de produits à base de soja chez le nourrisson (préparations à base de protéines de soja, puis préparations de suite) et l’enfant en bas age (tonyus, yaourts au soja) est à éviter. »
Il apparaît, à la lecture de ce rapport complet que les apports en phyto-oestrogènes du soja peuvent causer des cancers, notamment des testicules/du sein, surtout lorsqu’on y expose des enfants de moins de 3 ans. La dose à ne pas dépasser est de 1mg d’iso-flavones par kg de poids (en l’occurence, je compte le mien ou celui de Junior ?).

Dans le doute, je vais me limiter à un yaourt au lait de soja par jour, le temps de finir ma production ; vous inciter à lire le trèsintéressant rapport de l’AFFSA. concernant les apports de soja dans la nourriture occidentale ; et ensuite, aller acheter du lait de riz, du lait d’avoine pour continuer mes expériences, et refaire de la compote d’abricots à manger…toute seule !

Ah, quand même : depuis 4 jours, Virgile a beaucoup moins de coliques. Maturation du système ? Hasard ? Je ne saurais jamais.

Merci à tous de vos bonnes astuces pour apaiser les bébés à l’estomac en rodage !

Facebook
Twitter
Google + E-mail
11 Commentaires Ajouter le vôtre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *