La cuisine est un jeu, grâce à Marie Donzel (et aussi à moi) + dédicace samedi à la Librairie Gourmande

Articles à boucler avant l’été. Interviews de pâtissiers géniaux pour projets. Kermesses de fin d’année. Anniversaire du petit dernier. Grève de la crèche. Anniversaire de l’ainé. Plannings en retard. C’est quoi la tendance de l’été ? Ah non, désolés, on est déjà sur la rentrée. Des synopsis qui prennent les toiles d’araignée. Des dizaines de mail en retard à trier (pas taper pas taper). Des dégustations qui font avancer. Des tests qui nous font marrer en cuisine -mais moins ceux qui les mangent. Des milliards de chanson à découvrir. Le regret d’avoir lu le Le Condottière -ils n’auraient vraiment pas dû le publier. Bientôt les sujets de Noël -mais où est le cadeau de fête des pères ?

Et dans tout ça, prendre cinq minutes pour vous parler de ce joli projet,La cuisine est un jeusur lequel j’ai travaillé cet hiver avec la pétillante Marie Donzel. Ceux qui me lisent depuis longtemps savent que c’est Librio qui, en 2004, a eu l’idée merveilleuse d’éditer mon tout premier livre, juste avant la vague modeuse de la cuisine. Comme pour son premier amour, on garde une tendresse infinie pour son premier éditeur… et le jour où il revient vers vous, avec dans ses bras un joli projet tout rose et tout sympa, on ne peut que lui dire OUI !!!! D’autant plus qu’il s’agit ici d’une écriture plurielle, réalisée avec Marie qui, dans une autre vie -comme les chats dont elle a la grâce, elle en a déjà eu un joli paquet- fut la toute première attachée de presse que j’eus le plaisir de côtoyer. Déjà auteure de La sexualité est un jeu : 100 questions torrides sur la sexualité, mijoteuse talentueusesdes meilleures soupes des paresseuses pour Marabout, et femme qui défend les femmes et nos droits pour le blog EVE (si vous ne connaissez pas, allez-y d’urgence !) nous avons passé l’hiver à échanger curiosités gastronomiques, petites recettes sans prétention et blagounettes culinaresques pas toujours piquées des vers. Rompre la solitude de l’écriveur de fond fut une expérience particulièrement sympathique -certainement lié à la générosité et à l’imagination de Marie !

Le genre de petit livre à emporter dans sa valise, à lire sur la plage (certes, il sera un peu léger pour empêcher votre serviette de s’envoler), ou à offrir en petit cadeau à nos amis qui aiment bien ne pas cuisiner idiot. Si vous voulez savoir où placer un évêque à table ou découvrir quelle actrice fit la pub des Petit-Beurre, il est celui qu’il vous faut. Si vous voulez des recettes basiques mais qui marchent -autrement dit, du simple mais bon, il sera là aussi.

La couv’est de Margaux Motin, qui fait référence à cette recette bizarroïde mais très bonne ! Et pour celles et ceux qui veulent leur ouvrage dédicacé (pour la fête des Pères, pour offrir à la maîtresse), rendez-vous ce samedi à partir de 15h à la Librairie Gourmande (92-96 boulevard Montmartre) où je serai présente avec Déborah Rudetzki, l’auteure de L’oenologie est un jeu,dans la même collection.

Facebook
Twitter
Google + E-mail
8 Commentaires Ajouter le vôtre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *