Questionnaire culinaire

 

Petite note préalable : je viens de retrouver au fin fond de mes
posts ce message que je n’avais pas fini. J’ai bien ri en voyant que j’étais en train d’écrire et de répondre à ce sympathique questionnaire le 21 juin vers 23h, histoire de tromper l’attente entre deux contractions… Ca m’avait vraiment bien détendue au point de l’oublier, toutes mes excuses à celles qui me l’ont envoyé.
Je l’ai complété mais je le laisse « dans son jus » d’il y a un mois et demi maintenant…


Est-ce la saison des examens ? L’approche de l’été ? Toujours est-il que voici revenue la saison des questionnaires.

Transmis par l’adorable  Mercotte, j’ai retardé le moment d’y répondre, mais me revoici, me revoilà.
Merci au site Delicious Day de l’avoir initié.


Quel est votre premier souvenir de cuisine tout(e) seul(e) comme un(e)grand(e) ?
Une tarte aux pommes, avec ma grand-mère paternelle. J’avais 5 ans.
Ensuite, vraiment toute seule, une pâte à choux colossalement ratée, je devais avoir 10 ans. Mais la cuisine m’a toujours obsédée, il paraît qu’en vacances je demandais toujours où l’on allait manger le soir, de peur qu’on ne trouve pas de restau à mon goût !

Qui a le plus influencé votre facon de cuisiner ?
Mon père et la marraine de ma sœur (qui se nomme Jacqueline). Papa m’a appris à faire le marché, et sait cuisiner le poisson et les légumes comme personne : sa salade de calamars tièdes aux pommes de terre est à
tomber par terre ! Poisson et légumes sont d’ailleurs mes deux « penchants naturels » de prédilection.
Jacqueline, plus pour les gâteaux, notamment sa
parfaite recette de gâteau au chocolat moelleux-fondant parfait et inratable (dont ma mère dit qu’il est « qualité pâtissier »). Elle est tellement merveilleuse que je l’ai reprise dans Cuisine de fête chic et pas chère ! La recette est merveilleuse, Jacqueline aussi, d’ailleurs, c’est aussi la reine des plats mijotés à la cocotte en fonte : j’adore sa daube, sa blanquette…

Avez-vous une vieille photo comme « preuve » d’une exposition précoce au monde culinaire, et voudriez-vous la partager ?
Je n’ai pas retrouvé de photos de cette époque, mais j’ai trouvé un terrible document que je me suis empressée de photographier : un superbe ouvrage à compte d’auteur, réalisé quand j’avais 9 ans, lors des « ateliers cuisine » de l’époque :
pict0163

Vous admirerez la couverture « home made » remarquable, ainsi que la reliure tricotée qui a résisté à l’usure du temps. Sans oublier les
dessins qui vous montrent à quel point je dessine mal… Ca ne s’est pas amélioré !

Dedans, des recettes follement orginales : gâteau au yaourt, gâteau marbré, salade de fruits, fruits déguisés, « truffes créoles » (je me souviens, y’avait du rhum dedans, hips!) et les formidables madeleines.
En relisant la recette, je retrouve un « interdit » que je ne m’explique pas : « pas de parfum liquide, sinon la pâte ne gonflera pas ».

Ah bon ???? Je n’ai pourtant jamais eu aucun souci à ce niveau-là.
Encore une légende culinaire !

 

 

Avez-vous des phobies culinaires, ou un plat qui vous donne des sueurs froides rien que d’y penser ?

  • La purée rose, succès des années 70 et de ma mère, c’est vraiment un de mes pires souvenirs culinaires. J’ai maudit l’inventeur de cette fiche-recette de Modes et Travaux ou la copine qui avait osé la lui
    donner ! C’était une purée (Mousline of course), additionnée de purée de betteraves, relevée d’une vinaigrette très moutardée et vinaigrée, et
    bien poivrée. Et … le tout servi froid, car c’était une entrée.

Ne soyez pas étonnés que je déteste les betteraves après ça !!!

  • Le pâté de foie : sa seule odeur me fait lever de table. J’suis snob, je mange du foie gras, mais le pâté,
    charcutier, Hénaff ou même rillettes Ducasse, ça me fait absolument verdir.
  • La langue : par principe, je ne mange JAMAIS quelque chose qui a été dans la bouche de quelqu’un d’autre…
  • Les fromages bleus : c’est intellectuel, mais il me suffit de penser qu’il y a du moisi dedans…

Et bien d’autres choses sont mentionnées dans encore un autre vieux message…

Parmi les ustensiles de cuisine que vous possédez, lequel utilisez-vous le plus et lequel est le plus souvent delaissé ?
J’utilise : le zesteur, au point de partir avec en vacances ; les maryses, petites spatules en plastique souple, absolument magiques ; une feuille de cuisson en silicone (pareil, glissée aussi dans les valises).
J’utilise pas : une râpe à gingembre en porcelaine, qui ressemble à un gratte-ail, achetée chez Résonances. Elle râpe juste les doigts et n’a jamais réussi à faire quoi que ce soit avec un morceau de gingembre. Je continue donc à râper le gingembre avec ma râpe à parmesan, y’a pas mieux.
Post scriptum : je viens de voir que Requia avait acheté la même, zut, je la plains…

Pour d’autres histoires d’instruments de cuisine, encore un de mes vieux messages, si ça vous amuse…

Citez des combinaisons d’aliments amusantes ou bizarres que vous aimez vraiment – vous, et probablement personne d’autre !

Un grand hit de mon enfance : les coquillettes chaudes, dans une assiette creuse, arrosées de lait glacé, et bien salées. Un peu comme vous mangez des céréales d’habitude ! En cas de déprime… j’ai dû encore en manger il y a deux ou trois ans, j’aime toujours ça.
La vache-qui-rit va aussi trop bien avec la coriandre fraîche, dans une pita au grille-pain.
Mais bon, je connais une gourmette (pas le bracelet, le féminin de gourmet quoi !) capable de manger de la pizza froide en buvant du earl grey en guise de petit-déjeuner… Je ne dénonce pas, j’informe !

Quels sont les trois aliments ou plats sans lesquels vous ne pouvez pas vivre ?

  • Les pâtes
  • La rhubarbe
  • Le thon cru

Voir aussi un de mes vieux messages sur mes 10 saveurs préférées.

Quelle est la meilleure chose que vous ayez goûté dans votre vie ?
Pour ma part, un pigeonneau farci au foie gras et aux olives servi aux Ambassadeurs, en janvier 2005.
Jamais mangé de viande aussi tendre ni savoureuse. A faire renoncer un végétarien convaincu !

Quelle est votre plat de prédilection à commander au resto pour savoir si celui-ci est bon ?
Le cabillaud rôti, purée de pommes de terre à l’huile d’olive

Trois questions rapides :

– Votre parfum de crème glacée / sorbet préféré :
Lait d’amandes / sorbet rhubarbe

– Vous ne mangerez probablement jamais… :
Il ne faut jamais dire jamais ! De peur que l’on m’en serve…

–    Votre plat fétiche, celui que vous ne ratez jamais :

En salé, l’osso bucco et la cocotte de légumes nouveaux.
En sucré, la glace miel-gingembre-romarin et le gâteau au chocolat de Jacqueline.

Facebook
Twitter
Google + E-mail

Vous devriez aimer

7 Commentaires Ajouter le vôtre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *