Axoa barbare pour angoisse alimentaire carabinée

Pas envie de blanquette. Du sauté de veau au frigo. Marre de me disputer avec mon boucher qui estime ne pas avoir à se justifier sur l’origine des viandes, en trouver un vrai. Ecoeurée par les étiquettes des supermarchés. Penser à manger moins de viande, mais de la meilleure. Devenir végétarien ? Flexitarien, peut être, car dans mon métier, il faut savoir manger de tout (même des betteraves).  Trop lire, trop travailler, trop se documenter, mal au coeur, mal à la planète.

Se dire qu’il faudrait se pencher sérieusement sur des recettes au criquet. Refuser les moindres recettes contenant des espèces menacées (et dieu sait que j’ai aimé manger du cabillaud). Penser à un « Je me souviens » alimentaire. Le poisson ? Trop de mercure, tout est menacé, à part la sardine en boîte, et encore, si elle est sans BPA (la boîte)… et le saumon, mieux vaut ne pas en parler.
Déprimer est facile par ces temps moroses et inquiétants pour la planète, où l’on se demande quoi consommer sans aider à faire un trou dans la couche d’ozone (d’ailleurs, les topinambours, si en vogue .. mais je m’égare).

Je me demande pourquoi l’on ne retrouve aucun cuisinier engagé sur les listes écologistes ? Repenser les recettes de cuisine. Plus de légumes, de céréales, moins de viande. Inverser les proportions beaucoup de carottes pour peu de boeuf, des lentilles et un peu de porc salé pour parfumer. Penser que le quinoa vient de très (trop) loin, alors que le petit épeautre est provençal. Tout comme le riz rouge. Marcher sur la ligne bio-locale rend chaque achat compliqué. Chaque repas un acte militant. Au secours !

Alors prise de vertige devant mon frigo, disant que cela ne pouvait plus durer, j’ai fermé les yeux et ouvert les placards où avec joie je retrouvai une boîte de pimentio del piquillo. Mon repas était sauvé, mais ma conscience toujours aussi douteuse.

Axoa express de veauAXOA EXPRESS
Pour 4 personnes
600 g d’épaule de veau bio ou Label Rouge
1 oignon doux des Cévennes
2 gousses d’ail
1 petite boîte de pimiento del piquillo
10 cl d’eau ou de vin blanc
1 feuille de laurier
2 pincées de piment d’Espelette ou de pimenton espagnol fumé
1 cuillère à soupe d’huile d’olive

Couper le veau en cube. Emincer l’oignon. Egoutter les pimenton, les émincer en lanières.
Faire chauffer l’huile d’olive dans une cocotte en fonte, y faire revenir la viande. Lorsqu’elle est dorée, la retirer, et ajouter l’oignon, le faire blondir. Ajouter alors le veau, l’ail en chemise, les pimenton, le laurier et le vin blanc.
Mener à ébullition et baisser ensuite le feu au minimum. Faire cuire en remuant fréquemment pendant 1h à 1h15 : la viande va confire, les légumes se déliter et former tout autour une délicieuse gangue poivronnée.
Servir avec des tagliatelle complètes, de l’épeautre, ce que bon vous semble…

Facebook
Twitter
Google + E-mail
18 Commentaires Ajouter le vôtre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *