Carottes technicolor

J’ai eu le coup de foudre pour les
carottes de Joël. Il y en a pour tous les goûts : des blanches à col
vert, des jaunes pâles, et des extraordinaires violettes.

pict0725pict0721

Malheureusement dans le bouquin, ils ne parlent que des célèbres
carottes crayon, l’interprétation qu’en fait Pascal Barbot de l’Astrance m’en semble tout bonnement bonne à manger la feuille du bouquin :
« Jeunes carottes crayon, carotène et coulis carrot-cake ».
Petite note pour Bricol’Boy : pour mes 31 ans, je veux absolument aller manger chez Barbot !!!!

Examinons les bêtes après récolte à la maison :

pict0867Les blanches, taillées au rasoir à légumes, sont presque translucides, très sucrées et croquante, avec une saveur discrète.
Les jaunes boxent dans la même catégorie, un peu plus goûtues quand même. Et un ch’tit goût de beurre.
Les violettes, coupées en rondelles, révèlent un coeur orange. Elles ont un effet tie and dye absolument superbe. Et ont le goût le plus marqué !
Le bonheur : elles restent violettes en pourtour à la cuisson !!!!

 

Quelques idées en vrac, j’irai en racheter pour tout tester :
Facile d’imaginer la salade de carottes râpées psychédéliques qu’il en ressortirait. Mais trop simple.
Je m’en garde une violette, pour faire avec une vitelotte, et une vinaigrette à la tapenade… une belle salade violette…

Pour un dîner du vendredi, toujours à base de pâtes et d’italianeries, voici ce que j’avais concocté.

pict0874

Ah, vous comprenez mieux pourquoi de temps
à autre j’arrête de mettre des photos ? Vu de là, ça n’a pas l’air top.
Les carottes violettes ont pris le pas sur l’ensemble et elles ont
"déteint" sur l’ensemble. Mais à la dégustation, il faut en convenir,
ces carottes-là étaient très parfumées
, avec ce petit goût de racine
sucrée que parfois elles oublient d’avoir, facilement trop fades.

Bilan : oui, ça vaut le coup de traverser Paris pour une botte de carottes !


Gnocchi & carottes technicolor aux épices, gratinées au taleggio
Pour 3 donzelles et 2 garçons patients, en écoutant Robbie Williams… et en médisant….
600 g de gnocchi di patate
600 g de carottes de toutes les couleurs
250 g de taleggio bien crémeux
1 échalote
10 cl de bouillon de légume (perso, Herbamare en pâte, dans les magasins bios)
1 cuillère à soupe de graines de cumin
Gomasio noir
1 cuillère à café de curcuma
Huile d’olive

Eplucher carottes et échalote, couper en dés. Les faire revenir dans
un fond d’huile d’olive, ajouter le bouillon, couvrir et laisser
mijoter 15 mn. Hors du feu, assaisonnez de curcuma et de gomasio noir
(à défaut, de graines de sésame simples), poivrez.
Découper le taleggio en tranches.
Faire pocher les gnocchi 2 mn dans l’eau bouillante salée, ils ne doivent pas être tout à fait cuits.
Les mélanger à la fondue de carottes, directement dans le plat à gratin.
Ajouter alors la moitié du taleggio, mélanger : le mélange commence à filer.
Répartir le fromage restant sur le dessus…
Faire dorer 5 mn sous le grill de votre four.
Penser qu’il y en a trop dans le plat pour 4, et constater à la fin du repas qu’il  n’en reste pas…

<Prochain épisode : ce qui est arrivé au chou-fleur violet Graffiti>

Facebook
Twitter
Google + E-mail
4 Commentaires Ajouter le vôtre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *