Ester et la fève géante

Non, ce n’est pas une variante féministe de "Jacques et le haricot
magique". C’est juste une histoire bête arrivée chez le célèbre Nabil,
mon marchand de légumes de la rue Cadet…
J’ai encore craqué pour
des fèves (parfait avec des petits pois, des lardons ou du jambon
cru…). Mais en les sortant du paquet quelque chose m’a frappé : je
n’avais jamais vu une cosse aussi longue !


_users_ester_pictures_iphoto_library_2005_05_03_pict0039

Atteinte du célèbre syndrome de Miam,qui consiste à prouver en image ce que l’on expérimente, j’ai empoigné
mon double décimètre : plus de 20 cm de fèves !!! Ils ont dû faire des cageots sur mesure pour les transporter d’Espagne ?

Après vérification, c’était vraiment les Rocco des fèves (désolée…) : 27 cm !

_users_ester_pictures_iphoto_library_2005_05_03_pict0041

Pourtant, elles n’étaient ni transgéniques, ni irradiées
(quoique, je n’ai pas de compteur Geiger pour vérifier…),
elles avaient l’air de fèves normales chez le marchand, je n’avais pas fait attention à l’échelle certainement.

A l’écossage, elles s’avérèrent décevantes, et au goût, encore plus :
très fades, sans le petit goût de noisettes bien caractéristiques, et
farineuses en plus, malgré leur toute petite taille. Il y avait largement plus de cosses que de fèves, je sais qu’on peut aussi cuisiner les cosses, mais j’ai eu la flemme.

Va falloir demander à Jean-Pierre s’il a déjà vu dans son jardin portugais une telle espèce, croisement de fève et de spaghetti.

Facebook
Twitter
Google + E-mail
8 Commentaires Ajouter le vôtre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *