Casimir et Hippolyte, ou variations sur samoussas de légumes

A force d’en manger de sublimes au Bar à Manger, j’ai attrappé la samoussamania. Oh, ce n’est pas très grave, Docteur : ça consiste à tout vouloir plier au carré plier en triangles, même si ça vous fait manger à pas d’heure pour cause de roulage intensif !

Mais les samoussas à la viande… Bouaif, ça me disait moyen moyen (et surtout, il n’y en avait pas au frigo)… Alors, avisant un Petit Billy qui s’ennuyait, je lui ai fait un sort, assaisonné de deux sortes de courges.

Va falloir envisager un tome 2 à Potirons, courges et autres cucurbitacées, parce qu’à chaque fois que je croise une courgette ou un potimarron, c’est plus fort que moi, faut la cuisiner différemment… Déjà, c’est un miracle que nous acceptions d’en manger encore, après les kilos que nous avons dû manger il y a un an et demi !

P1020134P1020183


A gauche, purée de potimarron, fromage de chèvre frais, herbes de Provence.
A droite : courgette crue râpée, fromage de chèvre frais, graines de courges et pistaches grillées (en arrière plan, une petite soupe de fèves au piment d’Espelette).

Bilan : nous persistons à aimer les courges, l’accord courges/graines de courges est toujours top, et la garniture aux courgettes est top-rapide puisque sans cuisson, c’est à elle que va ma préférence. D’autre part, c’est parfait pour finir un reste de purée de légumes de bébé qui a décidé que décidément, le potimarron, ça va bien, mais c’est meilleur de piquer dans l’assiette de papa et maman !

Reste néanmoins, après 3 h de pliage, à baptiser ce plat… voyons, qu’est-ce qui se ressemble, va par paire et est vert et orange ????
La seule chose qui traversa mon esprit de trentenaire, c’est : Casimir et Hippolyte, son cousin.
Si vous avez moins de 27 ans 3/4, vous pouvez passer au paragraphe suivant directement.
Je vous l’accorde, c’est assez pauvre intellectuellement, mais pour le moment c’est vraiment tout ce que j’ai trouvé, si vous pouviez y aller de vos suggestions, je suis preneuse… Mais quand même, c’est frappant non ?

casimir_hippolyte_832

Crédit photo : Casimirland

Je jure que les samoussas n’avaient rien à voir avec le gloubiboulga infligé à ces pauvres créatures de mon enfance, mais remarquez que leurs mains sans pouce préhensible (mes souvenirs de l’époque ne sont pas si détaillés, mais je suis certaine qu’ils n’avaient que 4 doigts) ne leur permettent pas de manger un samoussa avec les doigts (à la fourchette, c’est bien moins bon). Raison de plus pour qu’ils aient un samoussa à leur nom !

La semaine prochaine, j’arrête de regarder les émissions pour enfants, je vous promets une jolie annonce joyeuse et légumière, et je me penche sur les 5 choses à manger avant de mourir (mon problème actuel, ma liste en contient une bonne vingtaine, je cherche déséspérement à la réduire).


Samoussas Casimir et Hippolyte
Pour un paquet de feuilles de filo, soit environ 45 samoussas au final

Garniture orange Casimir
200 g de potimarron cuit à la vapeur grossièrement écrasé à la fourchette
100 g de chèvre frais type Petit Billy (le Leader Price « chèvre frais » fait aussi des merveilles)
1 sachet d’herbes de Provence promotionnel égaré sur le plan de travail (sinon il n’y en a jamais, mais le hasard…)

Garniture verte Hippolyte
1 grosse courgette ferme
100 g de chèvre frais
1 cuillère à soupe de graines de courges
1 cuillère à soupe de pistaches
Eventuellement, qqs feuilles de menthe ou de basilic

Orange : écraser tous les éléments de la garniture, espeletter, réserver.
Vert : laver soigneusement puis râper grossièrement la courgette. Faire griller à la poêle graines de courge et pistaches.
Mélanger tous les ingrédients de la garniture, réserver.
Découper le filo en 4 bandes, dans l’angle d’une bande déposer une noisette de farce, plier de façon à ce que ça fasse un joli triangle (et puisque j’ai la flemme de vous expliquer comment faire, reportez vous à ces dessins absolument parfaitement bien faits et très explicites).
Petite astuce, une goutte d’eau permet de parfaitement clore vos samoussas.
Faites les dorer dans l’huile chaude, manger en faisant un essai comparatif, et conclure que ce sera parfait pour un prochain apéro entre copains (s’ils vous en reste encore, vu qu’il est 23h, le temps de plier artistiquement tous ces petits triangles).

Notes : quand je cuisine avec du chèvre, en général, je n’ajoute pas de sel, ce fromage l’étant déjà assez de nature. Certaines plus raisonnables badigeonnent légèrement le samossa d’huile avant de le passer au four…
Chacun sa manière d’aimer le gras !
Enfin, si c’est votre amour de Casimir qui vous a amené là (les hasards de Google tiens donc), vous trouverez aussi ici une histoire sur un moule Casimir

Facebook
Twitter
Google + E-mail
20 Commentaires Ajouter le vôtre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *