Les cueillettes des vacances, de la Méditérannée à la Bretagne

Toute petite, j’avais un herbier. Mon père me donnait des rudiments de botanique et je rêvais d’être nez ou herboriste.
De tout cela, il ne me reste que quelques noms latins rigolos (ça m’a servi il y a peu en réunion, toutes ces années d’études enfin rentabilisées !), et le « symptôme crétois« , qui me touche dès que je suis à la campagne.

Quézako ? En Crète, partout, on voit des gens ramasser des trucs dans des sacs en plastique : des escargots par milliers, mais surtout des herbes bizarres et uniques à l’île. Ils en font des sortes de salades cuites (genre épinards bouillis), servies arrosées de jus de citron et d’huile d’olive. Bien sûr, ce n’est jamais indiqué sur la carte des restaurants, et à Rhétymnon je me souviens avoir dû supplier le restaurateur (qui parlait français) pour qu’il nous en serve. J’ai vite compris pourquoi il fallait copieusement y faire gicler le citron : c’était très amer, mais très typique, et sûrement bon pour la santé, en tous cas, c’était… dépuratif… pour le moins…

Cette expérience ne m’a pas guérie pour autant, et voici le butin des cueillettes de cet été !

EN PROVENCE

J’avais découvert le pourpier au boulot, en lisant un des sites sur lesquels je travaille.
Il paraît que cette salade est une mine d’oméga-3 et que sans elle, le fameux régime crétois, c’est de la foutaise. Malheureusement, je n’en avais jamais vu… à part dans les livres (et le papier, y’a pas à dire, c’est peu goûteux) !

Jusqu’à ce qu’un matin, cet été, en vacances (ah, le petit déjeuner dans la cour d’une vieille maison provencale…) mon papa me déclare « Tiens, y’a une mauvaise herbe dans le bac des géraniums, c’est du pourprier, tu veux goûter ? »
Après rectification et discussion linguistique (pas de R final, en fait, ca n’a rien � voir avec la couleur, dommage, c’est un peu comme infarctus et infractus quoi, mais pour la salade) confirmation : oui, oui, oui ! La cuisine, c’est pas dans les bouquins, c’est surtout dans la bouche que ça se joue !

P1010830

Et après ce jour d’août, j’ai eu l’impression que le pourpier fleurissait sous mes yeux : j’en ai vu dans des murs, par terre entre deux pierres… Il n’y a qu’à se baisser pour en ramasser.

Au goût : assez proche de la mâche, mais avec une texture plus « plante grasse », et un goût de « vert » plus affirmé. Tout à fait agréable et bien meilleur que des gélules d’huile de poisson pour éviter la déprime.

Et pour les fans de sensations fortes, je recommande la vraie, l’authentique, la musclée roquette sauvage, qui pique, elle, vraiment les yeux (à consommer avec modération, et souvenez-vous que c’est la même espèce que la moutarde…) :

P1010866

Sans oublier une petite récolte de menthe sauvage (j’adore son nom latin, menta piperita) , vite séchée, qui va réchauffer les plats de septembre :

P1010862

 

EN BRETAGNE

La flore méditérannéenne, c’est fastoche pour moi, je connais depuis longtemps (et s’il y a du thym-citron à la Sainte Beaume, cherchez pas, il est à mes pieds). Mais en Bretagne, ça me semblait moins évident…

Pourtant, au détour d’une sieste inattendue de Virgile, j’ai cueilli des plantes délicieuses :

P1020074

La fleur de bourrache, c’est légèrement piquant, un peu iodé mais surtout, c’est bleu et ça se mange, ce qui n’est pas si fréquent. Et sur un gâteau au chocolat, ça en jette à mort -les petits gars ont adoré. Comme quoi, y’a pas qu’à l’Astrance qu’on peut en manger, einh…

P1020076

De l’oseille sauvage, à petites feuilles, délicieusement acidulée, qui fait plisser les yeux. Pas assez pour faire une omelette mais assez pour la faire découvrir aux petits et jouer au kesskecé !

Enfin, Belle-Ile ne serait pas Belle-Ile sans ses superbes plans de fenouil :

P1020067
Photo Bricol’Boy

Parfait pour farcir le poisson avant de le passer au four !

Mais si je poste ce message aujourd’hui, ce n’est pas un hasard… C‘est l’anniversaire de celui qui m’a appris à aimer les plantes !
Actuellement, il est en Sicile où il pêche et cueille, avec celle qui m’a appris à utiliser une cocotte-minute, et ces coquins nous envoient des photos hallucinantes de légumes, poissons and co… Mais je sais déjà sur quoi il plantera ses bougies d’anniversaire ce soir, le veinard :

canolli

Cannoli siciliani, petits rouleaux de pâte délicieusement croquante, fourrée de ricotta aux fruits confits et de pépites de chocolat noir, c’est bon à mourir !

JOYEUX ANNIVERSAIRE MICHEL !!!

Et vous, qu’avez-vous cueilli pendant les vacances ?

tags technorati :

Facebook
Twitter
Google + E-mail
11 Commentaires Ajouter le vôtre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *