Que faire avec de l’huile d’amandons de pruneaux ? la saga des légumes-racines snobs continue !

Il y a fort longtemps, deux ans maintenant, je m’étais lancé dans le très drôle Google Wish.
Il s’agit de regarder dans les requêtes des internautes qui sont arrivés sur votre site et de sélectionner ce qui vous semble…le plus drôle, le plus sympa, le plus éloigné de votre sujet, et de finalement lui consacrer un message, pour que le prochain qui fasse la même requête dans Google et qui tombe sur votre blog soit finalement satisfait. C’est mon côté « baguette magique », n’oublions pas que j’ai (quand même) un prénom de fée (ce dont il est permis de douter quand mon pied heurte une chaise vers 5h du matin).
Devant l’ampleur de la tâche, j’ai vite abandonné, à l’époque on était une vingtaine de blogs de cuisine, jouer était encore relativement confidentiel…

Trève de méméisation, si je m’amusais à exaucer des voeux virtuels il fut un temps, et bien l’histoire inverse commence à m’arriver : les lecteurs de mon blog se mettent à exercer mes voeux.

Hop, je dis que je veux aller manger chez Barbot, Bricol’Boy lit un commentaire et plaf ! exaucée.
Dans le compte-rendu de ce dîner, je m’extasie sur l’utilisation éventuelle d’huile d’amandons de pruneaux et plaaaaaf ???
Exaucée, le fabricant de cette merveille me propose d’aller au SIAL en chercher…
(j’ai appris depuis qu’il n’y avait absolument pas cette huile dans le yaourt dégusté ce soir là. Mes papilles m’ont trahie mais m’en fous, c’était booooooooooooon).

Je ne parle sur ce blog que de produits que j’achète sur mes propres deniers, et je ne veux pas être lapidée pour avoir accepté un cadeau… En l’occurence, calmez-vous : l’objet du désir a la contenance d’un mini-pot de confiture d’hôtel, pas de quoi pavoiser. Mais quel goût, cette huile… quel goût ! Comment dire ?
J’ai déjà dans ma cuisine de l’huile de noyaux d’abricots. Je trouve qu’elle est meilleure sur ma peau que dans ma cuisine, elle est sans relief et de peu d’intérêt. L’huile d’amandons de pruneaux a le goût exact de l’amandon d’abricot frais, celui qui consommé en excès peut vous étendre raide. Produit délicieux mais avec le frisson du danger, tous ceux qui ont aimé casser les noyaux d’abricots pour y dénicher de quoi finir le repas sur une délicieuse note douce et crémeuse me comprendront…

En discutant avec les fabricants, j’ai appris que cette huile était unique au monde, fabriquée après séchage de prunilles (ce qui deviendra pruneau d’Agen)… et que pour les coquettes, vous pouvez la retrouver dans certains produits Weleda (il y en a dans la crème à l’amande chouchoutte de Cléa) et Sisley (euh, beaucoup plus chers, certainement biens, mais je manque de tests). Donc, pruneaux séchés, puis dénoyautés, le noyau ensuite cassé pour recueillir l’amandon, qui devient huile… cela fait penser à la fabrication de la mythique huile d’argan.

Attention, pas la peine de goûter vos crèmes de beauté pour avoir une idée du goût en attendant d’en trouver !

Mais pour vous en parler ici, à part dire « ahhh, j’aime le goût de l’amande d’abricot, si vous faites partie du club, essayez l’huile d’amandons de pruneaux, c’est d’un chiiiiic » (ce qui est sans grande valeur ajoutée et aurait fini de vous convaincre que je ne suis qu’une food pétasse…), il fallait que je trouve une recette qui la mette en valeur.

Et le plus simple est le mieux finalement, elle révèla son plein potentiel sur de simples topinambours cuits à la vapeur, un peu de fleur de sel, un tour de moulin à poivre, et son arôme, waouh, une seul cuillère à café pour deux suffit ! Du vrai Maxwell qualité pire…

La série des légumes-racines-kislapète continue donc…

P1020725

Ecrasée de topinambours à l’huile d’amandons de pruneaux
Pour 2
500 g de topinambours
1 cuillère à café d’huile d’amandons de pruneaux
Poivre moulu
Fleur de sel de Guérande
Quelques noisettes pour la déco

Brosser soigneusement les topinambours, les faire cuire à la vapeur. Les peler tièdes et les écraser à la fourchette. Ajouter l’huile d’amandons de pruneaux, émulsionner. Assaisonner, disposer dans les assiettes à l’aide d’un cercle, décorer de noisettes fraîchement ouvertes. Mmmhhh…

Alors, chic et snob, c’est pas une recette de fête ça ?


Huile d’amandons de pruneaux, Perles de Gascogne en vente en épiceries fines, Lafayette Gourmet…
Environ 12 euros les 75 cl : parfait cadeau de Noël pour gourmets !
Tout savoir sur ce produit : http://www.plumoil.com

Facebook
Twitter
Google + E-mail
24 Commentaires Ajouter le vôtre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *