Pilaf de quinoa aux légumes et au lait d’amandes

 

Mon estomac reste en convalescence après sa dernière semaine un peu mouvementée. Il lui faut des choses douces et digestes, et j’ai beau adorer le riz (rond, long, glutineux, noir, rouge, en farine, en boulettes…) au bout d’un moment, ça lasse.

Un bon échappatoire est le quinoa, délicieuse petite graine. A savoir, il est issu d’une plante de la même famille que nos classiques épinards, ce qui justifie sa teneur intéressante en magnésium et en divers nutriments. Et bien que ça y ressemble, ce n’est pas une céréale ! Bonne source de calcium et de fer également. Et riche en protéines de surcroit : pas la peine d’y ajouter viande ou poisson. Voire légumes secs.

Un problème du quinoa dans la conversation, c’est qu’on le trouve écrit aussi bien au masculin qu’au féminin. Le Larousse dit « LE » quinoa, donc…acte… mais une astuce bien hermaphrodite, c’est donc d’écrire « graine de quinoa », comme sur le dernier paquet que j’ai acheté.

Ces considérations passées sur le sexe des graines, beaucoup de personnes ne l’apprécient pas et trouvent à cette petite graine croquante un goût désagréablement amer et un aspect trop glutineux. C’est qu’il y a deux règles d’or à respecter pour rendre au quinoa toutes ses lettres de noblesse :
1- Rincer toujours légèrement le quinoa avant de le cuisiner, car il contient de la saponine en surface, pas toxique mais un peu désagréable sur la langue ! Néanmoins, pas assez de saponine pour faire des bulles, ne vous inquiétez pas…
2- Démarrer la cuisson dans un liquide froid et pas bouillant, ce n’est pas des pâtes ou du riz…

Si jamais vous avez eu une mauvaise expérience, recommencez fort de ces deux indices.

Les carottes sont les amies bien connues des estomacs abîmés, pas la peine de revenir sur leurs bienfaits ; quant aux champignons ils baillaient d’ennui dans le frigo et tombèrent dans le frichti. Quant au lait d’amande, si je m’en sers surtout pour des desserts ou des béchamels rigolotes, et pour des glaces mmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmhhhhhhhh, il n’est pas à dédaigner pour éviter la fadeur.

Résultat : un bol de gloubiboulbio délicieux, rassasiant, plein de bonnes choses et parfaitement digeste ! En ces temps de maladie qui courent, c’est presque un remède à part entière !

 


PILAF DE QUINOA AUX CAROTTES, CHAMPIGNONS ET LAIT D’AMANDES 

Pour 2 abimés de l’estomac
150 g de quinoa (équitable de préférence…)
3 carottes
200 g de champignons de Paris rosés
30 à 50 cl de lait d’amandes (magasins bios)
1 cuillère à café de bouillon en poudre (Herbamare)
Huile d’olive, jus de citron

Laver, peler et émincer carottes et champignons.
Les faire revenir dans un peu d’huile d’olive, couvrir et laisser cuire environ 15 mn (jusqu’à ce que les carottes soient moins fermes).
Ajouter le quinoa, faire légèrement dorer.
Ajouter le lait d’amandes et le bouillon, bien mélanger.
Couvrir et laisser cuire une 10aine de minutes, jusqu’à absorption du liquide (si nécessaire, ajouter un peu d’eau en cours de route).
Ajouter quelques gouttes de jus de citron, saler ou gomasier gaiement, servir dans des jolis bols avec un filet d’huile d’olive.
Aller se coucher au lit de bonne heure après une bonne tisane pour récupérer de ses maladies diverses !

 

Facebook
Twitter
Google + E-mail
11 Commentaires Ajouter le vôtre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *