Troffie gratinées au fenouil et au provolone affumicato

Après vous avoir donné la bonne adresse, voici la recette qui va avec !

La latteria fait donc aussi des pâtes fraîches, enfin, elle les importe, pour être précis. Vous y trouverez des rarissimes orrechiette fresche, ces pâtes qui sèches mettent des heures à cuire (même pour être al dente), mais qui ont la jolie forme du pouce qui les a formées ; des gnocchi tout petits, tout tendres, pour les jours où je n’ai pas la
patience de les faire (Dieu sait que j’aime les faire et les manger, mais c’est réservé aux jours de vacances où il y a de grandes tables et de la main d’oeuvre gratos, de préférence enfantine). Tiens, d’ailleurs il faudra demander à Caroline des Culino-tests de faire un test gnocchis, je veux bien fournir ma recette pour l’expérience scientifique.

Des tagliatelle à gogo, des spaghetti of course, et puis des troffie.
Des quoi ???? Jusqu’ici, je n’en avais jamais vu ni mangé, et pourtant, pourtant, sans me vanter, je ne suis pas trop mauvaise niveau pasta.

Il faut vous dire que durant ma tendre enfance, mes parents ont eu l’excellente idée de nous amener une année sur deux passer nos vacances d’été en Italie. J’ai fait mes premiers pas à Reggio di Calabria, et la Sicile a été notre villégiature à moultes reprises. La marraine de mon grand frère est italienne, j’ai hésité à faire une licence d’italien (finalement, non) et à force de ne plus pratiquer, je parle comme une chèvre. Mais une bonne partie de mes bouquins de cuisine est en italien, et ma cuisine « spontanée » est presque toujours très marquée italienne. Des pâtes à tous les repas, ça ne me fait pas peur… va falloir perdre tes kilos de grossesse ma vieille !

Donc, révélation à la latteria : ces pâtes là inconnues, je les veux, il me les faut pour en savoir plus ! Elles
ressemblent un peu aux merveilleuses spaetzle alsaciennes, on dirait des colombins de pâte à modeler tout maladroits, fait par des bambins de 3 ans.
J’aime bien les pâtes un peu irrégulière, genre « roulées à la main » (pas forcément sous les aisselles, einh).

Après quelques recherches, j’ai le plaisir de vous apprendre que les troffie sont d’origine ligure (région de Gênes, pour les nuls en géographie), qu’elles s’accomodent bien habituellement du pesto de la même région, qu’elles peuvent être de farine blanche ou ou mêlées de farine de châtaignes (ça plairait à Cléa ça!).

Pour savoir comment les faire vous-mêmes, si vous habitez loin de la latteria ou de la Ligurie, faites un tour par là.

Ce jour là, j’ai aussi pris du provolone affumicato, un fromage fumé bien ferme, que l’on peut aussi couper en tranches et faire frire, comme le cacciocavallo. Et comme en Ligurie pousse beaucoup de fenouil, les alliances étaient toutes trouvées ! C’était si bon que depuis, nous en avons déjà mangé 3 fois : Alice et AS ont testé et approuvé la recette…

C’est le triomphe des troffie : à dire 3 fois la bouche pleine de petits-beurre, vous passerez un moment hilarant.

A votre tour ! Mais attention les filles : on dit qu’à Naples, mettre un couvercle sur la casserole bouillonnante de la pasta a été retenu comme motif de divorce !



Troffie gratinées au fenouil et au provolone affumicato

Pour 4 affamés
3 beaux bulbes de fenouil
1 gros oignon doux des Cévennes
1 provolone fumé
400 g de troffie
2 cuillères à soupe d’huile d’olive
1 cuillère à café de graines de fenouil ou de cumin
1 morceau de sucre
1 cuillère à café de bouillon de légumes en poudre ou en cube (perso, j’utilise de l’herbamare concentré)
En option : quelques raisins secsLaver et émincer les fenouils. Emincer l’oignon.
Faire chauffer l’huile d’olive et y faire tomber les légumes, puis ajouter le sucre et
le bouillon. Mouiller avec un demi verre d’eau, couvrir et laisser cuire doucement.Si vous en avez envie, ajouter une poignée de raisins secs (c’est délicieux avec mais pas vraiment italien).
Couper le provolone en dés.
Faire chauffer de l’eau, la saler abondamment et y faire cuire les troffie jusqu’à ce qu’ils remontent à la surface : quando gallegano, sono cotti !
Mettre à préchauffer le grill du four.
Déposer les troffie dans un grand plat à gratin, y ajouter les fenouils compotés, les graines de cumin et/ou de fenouil, quelques tours de moulin à poivre, et la moitié du fromage.
Bien mélanger directement dans le plat. Recouvrir du fromage restant et passer au four 5 mn.
Servir illico, avec bien sûr un bon verre de vin rouge, des amis le vendredi soir, et un petit gars qui rigole toute la soirée.

Facebook
Twitter
Google + E-mail
5 Commentaires Ajouter le vôtre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *