Rajoute des conservateurs dans ton gâteau maison, l’idée vachement gonflée de Vahiné (+ levure chimique maison)

levurevahine-moelleuxprolongeSi vous faites des gâteaux maison, c’est parce que vous voulez savoir quoi y mettre dedans. Pardi.

Et étrangement, ils disparaissent aussi vite qu’ils ont été préparés. Voire même plus, en général.

Comme on n’arrête pas le progrès -ni la tourniquette à faire la vinaigrette-, Vahiné a pensé à ceux qui veulent garder leur gâteau « plus longtemps » (3 jours, promesse officielle), et propose désormais cette super levure, à la composition boostée.

Je vous recopie l’étiquette : pyrophosphate disodique et bicarbonate de sodium, émulsifiant : monoglycéride d’acide gras.

Oh, pas de quoi fouetter un cupcake : un dérivé de phosphate utilisé aussi dans les marques concurrentes, du bicarbonate de sodium (et non pas de soude…) , jusque là que du classique (pas forcément top d’ailleurs, je vous incite à lire ce passionnant article sur la poudre à lever pour en décrypter tous les arcanes).

Ça se corse un peu avec le monoglycéride d’acide gras. Connu aussi sous le joli nom de E471 (ça forcément, on a moins envie de le mettre illico dans son marbré home made), on l’extrait de graisses animales ou végétales. Porc, huile de palme, de soja, de maïs, de colza, peu importe : basiquement, c’est du glycérol (autrement dit, de la glycérine) et des acides gras. Un anti-mousse, un stabilisant (on le retrouve dans les glaces, les margarines, les sauces type mayo) mais aussi un anti rassiement.

 

Donc, on se casse la nénette (passez-moi l’expression, je suis encore un peu fumasse) à acheter de bons oeufs bio, des agrumes pas traités, de la farine de blé à la meule ramenée d’un meunier croisé en vacances, du beurre de Charentes-Poitou, du sucre blond-issu-du-commerce-équitable, bref à faire de la pâtisserie un peu clean, et on irait tout saloper en mettant de la poudre de perlimpinpin dans le gâteau maison pour qu’il ressemble plus aux industriels ? Pour un ouvrage à paraître en mai chez Solar, j’ai potassé tout l’été un bon paquet d’étiquettes de gâteaux industriels et à comprendre exactement à quoi servaient tous ces E… Résultat sans appel : puisqu’ils améliorent la texture, vous mangerez plus de ce gâteau si incroyablement lisse et fondant. Un peu comme quand on pense que les mannequins ultraphotoshoppés sont comme ça dans la vraie vie : on décroche de la réalité pâtissière pour atterrir de plein pied dans le fantasme « agro-alimentaire à la maison ».

Petit rappel indispensable : faire sa poudre à lever maison, c’est rien du tout, ça dure très longtemps, et on peut contrôler ce que l’on y met. Seul inconvénient : quand vous renversez le pot à moitié plein par terre -ce qui m’a fait comprendre étrangement l’intérêt des sachets, mais c’est bien le seul.À ce sujet, consultez bien sûr le billet de David Leibovitz et de Florence Makanai.

Depuis, un pot de poudre à lever, maison, sans phosphate, sans aluminium et sans gluten,  dort toujours dans l’un de  mes placards, composée de :

100 g de crème de tartre (à commander en pharmacie)
50 g de bicarbonate de sodium
50 g de fécule de pommes de terre (je trouve sa texture plus intéressante que celle de la maïzéna, mais c’est très bien aussi)

À mélanger tout simplement dans un bocal propre et sec. Dose : 1 c. à café rase pour 250 g de farine.
Gonflé comme recette, non ?

Facebook
Twitter
Google + E-mail
33 Commentaires Ajouter le vôtre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *