Stop à la bûche ! Le gâteau moelleux aux marrons

C’est toujours un casse-tête, les desserts de repas de fin d’année !
J’ai souvenir d’avoir fait une bûche en tiramisù (pas mal); d’avoir évité la crème au beurre ; d’avoir fait des petits pots de crème chocolat-vanille du plus bel effet « ebony and ivory »…
Le problème, c’est qu’on a jamais assez faim à la fin d’un repas de fête, et trouver la note sucrée pas écoeurante -et d’un parfum qui mette tous les gourmands d’accord!- est un beau défi à relever…
L’année dernière, j’avais fait un gâteau chocolat-marrons, très bon (recette à venir dans un de mes livres à paraître en mars, va falloir patienter les amis) qui m’a été redemandé moultes fois depuis.
Mais j’en avais un peu marre de faire toujours la même recette, alors j’ai cherché une variation sur cette base marrons/choco… que j’ai fini par trouver dans « Les  gâteaux de Mamie » qu’Estelle aime tant, et que j’ai attrapé chez une de mes belles-soeurs (merci Agnès !).

Le résultat est plus long à préparer et à cuire que mon gâteau « classique », mais plus raffinée encore, et moins glucidiquement assassin.
Attention : prenez bien de la purée de marrons, et non de la crème de marrons, qui est, elle, déjà copieusement sucrée.

Personne n’avait 73 ans dans l’assemblée (à moins de se livrer à de savants calculs), c’est juste que nous étions un peu à court de décoration festive, type nains en train de scier des branches de bois, petits champignons en meringues et autres niaiseries qui décorent si atrocement les buches de Noël. C’était le clin d’oeil clinquant pour dire « Eh, au fait, je suis un gâteau de fête !« .


Gâteau aux marrons vanillé
500 g de purée de marrons NON SUCREE (boîte verte Clément Faugier)
4 oeufs (blancs et jaunes séparés)
125 g de sucre
100 g de beurre fondu
1 pincée de sel
1 sachet de sucre vanillé
1 cuillère à café d’extrait de vanille

Préchauffer le four à 180°.
Mélanger ensemble : la purée de marrons, le sucre, le sucre vanillé, l’extrait de vanille et les jaunes d’oeufs. Finir par le beurre fondu et la pincée de sel.
Monter les blanc en neige avec le sel. Les mélanger délicatement avec la préparation précédente.
Beurrer un moule à charlotte ou un moule à savarin.
Laisser cuire de 30 à 40 min, laisser refroidir avant de démouler.
Servir bien froid.

NB : encore meilleur préparé la veille pour le lendemain

A la dégustation, je l’ai trouvé bon, mais un peu « plat ». Il lui manquait un élément de contraste, et je pense qu’en fait, il lui manquait une touche d’amertume, d’où mon conseil : accompagnez-le de crème anglaise au café ou mieux encore, parfumée à la chicorée.

Facebook
Twitter
Google + E-mail
4 Commentaires Ajouter le vôtre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *