Think pink – Tarte à la rose, au coing et à la framboise

On me demandait hier au déjeuner d’où venaient  les idées de recettes (dans les choux ? dans l’air du temps ? au fond de la marmite ?), et j’ai répondu qu’en fait, c’était un subtil mélange de tout cela, avec en plus l’aide merveilleuse de nos papilles travaillant non stop, se chargeant de stocker les informations, les alliances les plus étonnantes ou les plus réussies, et nous les restituant au meilleur moment.

Ainsi, cette envie de faire une tarte au coing (je vous rassure, je maîtrise aussi l’étalage de la pâte avec un rouleau, malgré le scepticisme de certains) qui se mua en envie de faire plaisir à Bricol’Boy en lui associant une de ses saveurs préférées, à savoir la rose. Parce qu’à force de cuisiner pour travailler, on perd parfois de vue que cuisiner, c’est avant tout faire plaisir (à répéter au moins une fois un jour et à mettre à l’épreuve plus souvent, note à moi-même).

Je me suis alors souvenue d’un macaron éphémère de Pierre Hermé, de l’automne 2009, à une époque où l’on s’intéressait plus au goût de ses pâtisseries qu’à un défilé fashion où bizarrement (presque) personne n’a parlé de ce qu’il avait dégusté. Oui, le buzz et ses limites me laissent perplexes en ce moment.

tarte-coing-rose-2

Bref, cet accord coing-rose m’avait séduite, car si je ne suis pas une grande fan de cette fleur (tant en bouquet qu’en goût, et même en parfum, vade retro Nahema, moi je suis plus branchée iris), je l’avais trouvée alors toute poudrée et délicate, plutôt bouton de rose que rosa centifolia exhubérante.

C’est vraiment la tarte chic pour les nulles.
15 minutes de cuisson pour la pâte sablée, les coings à oublier sur le coin(g) du feu, un montage à la dernière minute, et le plaisir de lécher le chocolat blanc qu’il reste sur le pinceau ou la cuillère du chablonnage.
Total bluff garanti et plaisir slurpique au sommet.

Tarte coing, rose et framboises
Pour un moule à tarte de 28 cm de long

Pour la pâte sablée (reprise de Cakes in the city, bien sûr)
250 g de farine
50 g de poudre d’amandes
150 g de beurre demi-sel mou
100 g de sucre glace
1 oeuf entier
Pour le chablonnage (évite à la pâte de se détremper)
60 g de chocolat blanc (ici du blanc nougatine d’Alter Eco mais tout chocolat blanc peut faire l’affaire)
Pour la crème (il vous restera de quoi faire au moins 3 verrines)
250 g de mascarpone
2 cuillères à soupe de sirop de rose Natco (celui de PH, acheté chez Shah&Company)
Pour la garniture de fruits
2 beaux coings
75 g de sucre + 20 cl d’eau + eau à volonté
1 barquette de framboises

La veille ou le matin :
Préparer la pâte sablée. Mélanger au robot beurre, sucre et poudre d’amande, ajouter la farine et l’oeuf. Ne pas trop travailler la pâte, l’écraser dans un sac congélation en belle galette épaisse et la stocker au réfrigérateur. Au bout de 30 min, l’étaler sur env. 6mm, garnir un moule beurré à fond démontable, faire cuire à blanc avec des billes de cuisson 15 min à 180°. Note : le moule garni peut attendre au frigo de passer au four quand vous le souhaitez…
– Préparer les coings. Les couper, les peler et les couper en petits dés (prévoir un bon couteau). Préparer un sirop en versant dans une casserole le sucre et l’eau, ajouter les coings : ils doivent juste être recouverts. Porter à ébullition, cuire en surveillant le niveau de l’eau et ajouter régulièrement de l’eau pour éviter aux coings de brûler. De la sorte, ils vont rester entiers, et sans être trop sucrés. Selon la variété et leur degré de maturation, ils vont mettre de 30 min à 1h30 à cuire : les surveiller régulièrement.
Le jour même :
chablonnage-blancChablonner le fond de tarte : faire fondre le chocolat blanc, étaler sur le fond de la tarte en une couche mince. Opération simplissime qui change tout, en rendant le fond de la tarte imperméable, elle ne se ramollira pas et le chocolat en durcissant apportera une note croquante bien agréable.
Préparer la crème : mélanger avec une maryse le mascarpone et le sirop de rose. Verser une bonne épaisseur sur le fond de tarte chablonné une fois le chocolat blanc durci. Attention, il restera de la crème : à servir avec d’autres types de fruits, elle peut se conserver 2 jours au réfrigérateur.
– Laver, sécher et trier les framboises.
Garnir le fond de tarte de crème à la rose, lisser avec une maryse. Se lécher les doigts, puis se laver les mains, et disposer artistiquement les morceaux de coing et les framboises.
Servir à des convives qui n’aiment ni la rose, ni la framboise, ni le coing (j’aurai voulu le faire exprès, je n’aurai pas pu…) et avoir le plaisir de les voir se resservir.

Pour les amateurs de coing, à essayer :
– la pâte de coing express à la cocotte minute
– les coings pochés aux épices, pour accompagner le foie gras
Pour les amateurs de coing et de rose
Chez Tiuscha, des pâtes de coing à la rose

Facebook
Twitter
Google + E-mail
10 Commentaires Ajouter le vôtre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *