Food Revolution Day, et petits pains fourrés au poulet pour manger au bureau

Le 17 mai, c’est (non seulement) l’anniversaire de l’un de mes enfants chéris, mais (surtout, pour le reste du monde) le food revolution day.

En français, ça donne : « Fais la révolution dans ton assiette » (les révolutionnaires ont toujours eu le tutoiement facile), « Bouge ta lunch box » ou « Réfléchis à ce que tu mets dans ton frigo« .
Initiative de Jamie Oliver (qu’on l’apprécie ou qu’on le déteste, chacun choisit, mais il faut être de sacré mauvaise foi pour ne pas voir ce qu’il a su apporter à la réflexion sur l’alimentation outre-Manche), la deuxième édition de cet événement a pour cadre… votre bureau. Parce que « 50% des salariés ne disposant pas de cantine ont ramené de quoi déjeuner de chez eux au moins une fois par semaine, 17 mai 2013 à midi, le mouvement Food Revolution invite tous les salariés à faire le break ensemble, autour d’un repas cuisiné par eux à base de produits frais. A la cafétéria ou dans un parc, le 17 mai prochain, chacun apportera sa lunch box composée à partir des recettes disponibles sur le site internet http://www.lunch-break.fr, où chefs et blogueurs proposent leurs recettes pour réaliser, en 15 minutes chrono, un délicieux repas. On pourra également se mettre d’accord avec quelques collègues, dont l’un apportera l’entrée, le second le plat, et le troisième le dessert. »

En tant que free-lance, je dois vous dire que l’heure du déjeuner se ressemble rarement deux fois, et que je compte sur les doigts d’une main les visites que j’ai faites à la cantine d’une entreprise ces cinq dernières années (les yaourts y sont bons, dieu merci). Dans la même semaine je passe de la soupe de nouilles express à rien du tout bicauz’ charrette (=mort de faim à 16h) à déjeuner dans un étoilé (un, deux, trois, nous irons au bois) ou dans un nouveau resto (ce qui n’est pas toujours une partie de plaisir, parce qu’on bosse là-bas en scrutant tout et en faisant tout travailler, sens de l’observation et papilles plus que le long supinateur, certes).

sheerpingcuits2Néanmoins, comme je mange quand même régulièrement à la maison, ce sont surtout les restes que j’accommode. Et mon reste préféré reste de loin le poulet rôti. Limite, je le préfère retravaillé que sorti du four ou de la rôtisserie. Et mon kiff absolu, ce sont les sher ping pancakes, dont j’ai trouvé la recette qui va bien dans L’Amérique de Jamie, chaudement recommandé par l’une de ses grandes supportrices. Adapté à ma sauce (soja), il va sans dire.

Si le maestro les fait avec du porc haché, moi je les ai déjà exploitées avec un reste de pot-au-feu, et plus souvent encore au poulet. On est loin, très loin des 15 min de préparation, mais le grand avantage de ces petits pains est qu’ils se préparent en nombre, et se congèlent très bien. Il vous suffit d’en mettre un la veille au soir au frigo pour le décongeler, et votre lunch de midi est tout trouvé. Pour le réchauffer, bof le micro-ondes qui ramollit, je préfère un bon coup de grille-pain, qui garde la pâte bien croustillante.

Allez, à vos fourchettes pour faire la révolution !

PANCAKES SHER PING AUX RESTES DE POULET

Pour la pâte
450 g de farine T80
225 ml d’eau
3 c. à soupe d’huile (perso, je mets de l’huile de sésame Emile Noël)
Sel fin, poivre
Pour la garniture
400 g de restes de poulet cuit haché (mezza luna, blender grossier)
1 poignée de chou haché, de carottes râpées crues, de tous petits dés de céleri, de courgette râpées, de daïkon (bref, de crudités)
2 poignées d’oignons hachés (idéalement 1/2 botte d’oignons nouveaux, à défaut 2 oignons rouges)
1/2 bouquet de coriandre fraîche
1/2 bouquet d’une autre herbe : cerfeuil, ciboulette, menthe, pimprenelle, mélangées ou non
1 morceau de gingembre frais râpé
1 à 2 gousses d’ail (selon le goût) hachées
2 c. à soupe de sauce soja
1 c. à soupe de graines de sésame

Préparez la pâte 2h à l’avance
Mélangez la farine, l’eau, l’huile et 2 pincées de sel. Pétrissez cinq à huit minutes, jusqu’à ce qu’elle soit élastique. Couvrez d’un torchon légèrement humide (mieux que du film alimentaire jetable, périssable, étirable…).

pliage1

Mélangez tous les ingrédients de la farce, goûtez-la et ajustez : curry, graines de tournesol, courge, ciboulette…Divisez la pâte en 8 portions égales. Etalez-la sur un plan de travail fariné en un disque de 10-12 cm pas trop fin (1 cm d’épaisseur), posez en son centre 2 c. à soupe de garniture en l’aplatissant. Recouvrez en tirant les bords, comme pour une aumonière : pas besoin d’être ultra-précis, il faut juste bien recouvrir la garniture et pincer la soudure. Appuyez sur le pancake ainsi formé : vous obtenez une galette épaisse d’environ 2,5 cm, large d’à peu près 8 cm.

Recommencez jusqu’à épuisement de la pâte et de la farce.

 

Faites chauffer une crêpière en fonte, huilez-la légèrement et faites cuire les pancakes 5 min à feu doux sur chaque face : il faut que la pâte ait le temps de cuire. Appuyez avec une spatule pour bien les aplatir en début de cuisson.

Servez avec de la sauce soja (voire même de la sauce bull dog, mais chhuuut).

sheerpingcuit

Facebook
Twitter
Google + E-mail
11 Commentaires Ajouter le vôtre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *