Le poulet teriyaki détox de Gwyneth – si les actrices deviennent des blogueuses culinaires, où allons-nous ?

Je suis une poulette (pas la sauce, la version soft de pétasse), je lis des trucs de fille. Vraiment. J’ai opté pour le blog de cuisine mais on me conseille régulièrement d’aller plutôt écrire des blogs de fille – compliment pour certaines, insulte pour d’autres.
Mais je n’ai pas l’étoffe pour tester la tenue (en cuisine) d’un rouge à lèvres pendant 8h d’affilée (chrono en main, j’imagine le test : peut-être la thermo sonde peut-elle ausi servir à ça ?), puisque le mascara est interdit dans les cuisines professionnelles.

Même que je me suis abonnée à la newsletter de Gwyneth Paltrow -tout ça à cause de cet article de ELLE– par pure curiosité. Et découvert qu’en plus de tout, la Gwyneth a vraiment l’air de savoir cuisiner. Alors où allons-nous si même les stars hollywoodiennes se prennent pour des blogueuses culinaires ? J’en ai hâtivement déduit qu’en fait, elles…

1- nous envient secrètement (nos obsessions nocturnes, nos quêtes de produits improbables, nos lunettes enfarinées, nos discrets kilos liés à nos tests dévoués),

2- ont bien compris que l’industrie cinématographique, avec une grève planant pour 2009, n’était finalement pas si secure que ça, et qu’il fallait bien penser à se diversifier, voire se trouver une nouvelle carrière, les GoogleAds représentant alors de quoi payer leur manucure,

3- étaient déjà très au fait des risques liées aux mauvaises conserves qui ravagent actuellement les visages de leurs soeurs de tapis rouge, figées par le Botox. Iront-elles jusqu’à faire des tests en direct from les boîtes de petits pois dangereusement gonflées pour en déterminer la teneur en toxine botulique (avec en sus une recette d’extraction à la cocotte-minute pour application cutanée immédiate) ?

4- avaient certainement des foodstylist pour faire leurs courses, comme des stylistes tout court pour les habiller. Ca doit être sacrément pratique, parce qu’il faut l’avouer : on passe souvent plus de temps à faire les courses et la vaisselle que sur son blog. Et c’est prouvé, ça ruine la manucure (cf 2).

Néanmoins en recevant la newsletter spécial détox, j’ai ricané. Limite les graines germées c’est trop funky . Heureusement elle nous y déconseille la Master Cleanser (sorte de jeûne ne consistant qu’à boire un mélange de jus de citron, poivre de Cayenne et sirop d’érable, bon appétit) qu’elle a subi l’année dernière (grande givrée va !) et livre quelques recettes, dont un « teryiaki detox » qui me fit de l’oeil (clair et fringuant, il va sans dire, après  ces litres de thé vert).


En grande fan de teriyaki (même si je dois toujours réfléchir pour savoir dans quel ordre écrire le y et i, ce qui me fait comprendre l’utilité des vidéos en cuisine, car on n’y voit plus les fautes d’orthographe) je n’avais jamais pensé à assainir cette recette pourtant bien innocente à mes yeux.
Les biofoodies vont être à la fête : du vinaigre balsamique, du sirop d’agave, du miso et un poil de mirin, et on y est.

Poulet Teryiaki Detox (librement adapté de la recette de Gwyneth Paltrow-Martin)
Pour 2 personnes
2 blancs de poulet (bio ou fermier)
15 cl de vinaigre balsamique ordinaire
15 cl de sirop d’agave (le Bjorg par exemple avec son flacon diablement pratique)
2 c. à café de gingembre frais râpé
Poivre du moulin
2 c. à café de miso d’orge (perso j’utilise le Danival)
2 c. à café de mirin (vin blanc sucré japonais de cuisine)
2 c. à soupe d’eau

Dans une casserole verser le vinaigre, le sirop d’agave et le gingembre. Porter à ébullition et laisser cuire 10 min à petits frémissements. Poivrer à son goût.

Dans un petit bol, mélanger le miso, le mirin et l’eau, ajouter à la marinade. Recouvrir les filets de poulet de sauce teryiaki, couvrir et réserver au réfrigérateur au moins 2 h (l’idéal, la veille pour le lendemain).
Egoutter les filets de poulet. Les faire griller (poêle ou four) rapidement des 2 côtés.
Ajouter un peu de sauce en fin de cuisson.
Servir et constater que votre fiancé pousse des petits cris qu’il n’a jamais poussé avec votre teriyaki habituel. Mettre ça sur le compte de Gwyneth et noter de réaliser une enquête approfondie sur les vertus aphrodisiaques du sirop d’agave. A moins que ce ne soit le miso.

Facebook
Twitter
Google + E-mail
22 Commentaires Ajouter le vôtre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *