Des difficultés du végétarisme express – le mariage honteux des coquillettes et des lentilles

Pas simple de manger moins de viande. Les légumineuses, on adore, mais pas toujours le réflexe de penser à les faire tremper la veille, cuire à la cocotte-minute etc (si vous l’avez loupé, le petit guide de Beendhi à ce sujet est perfectissime et à épingler sur la porte du frigo, tableau d’honneur des bons articles culinaires).

Coquillettes aux lentillesBien entendu, je suis une cuisinière Narta : je porte des tabliers blancs immaculés, je n’ai jamais de buée sur mes lunettes quand je guette une ébullition, je ne jure pas comme un charretier quand ma pâte sucrée décide de se déchirer, je n’ai jamais d’enfant accroché à ma jupe tout en ratatouillant, et bien entendu j’ai toujours tout ce qu’il faut sous la main dans ma cuisine nickel chrome où tout est rangé par ordre alphabétique dans des bocaux design. Et en femme responsable de son impact carbone, je pense toujours à préparer mes légumes secs grâce à un planning sous excel -accroché à la porte de mon frigo, bien sûr, si vous avez suivi.

En fait, pas du tout (étonnant, non ?). Etre organisée, même si c’est juste être en mode-survie-de-mère-de-famille-qui-bosse-aussi-ah-les-double-journées-et-les-acquis-du-féminisme-bordel, ça passe aussi par oublier de faire tremper les pois chiches (qui sont très bons en bocaux, certes, mais le couvercle plein de bisphénol, j’en fais des boucles d’oreille ou quoi ?). Et pour ces cas d’urgence, s’il y avait le mélange bien connu riz-lentilles corail, qui présente l’immense avantage de cuire en même temps -à peu près le seul bénéfice de ces indigentes lentilles corail qui, je le clame, sont à peu près le niveau zéro de la légumineuse- je vous présente sous vos applaudissement le mix coquillettes-lentilles.

Une seule casserole, une cuisson commune : les petits adorent, c’est plus simple à manger à la cuillère quand on est un bébé, et au final,  y’en a bien moins par terre à balayer ! Gain de temps, économie d’énergies fossiles et maternelles : il est pas beau, mon programme culinaire pour la rentrée ?

Coquillentilles express, pesto courge-coriandre
Pour 3 à 4 personnes

250 g de coquillettes complètes
100 g de lentilles vertes du Puy
2 gousses de cardamome verte
Gros sel gris
Pour le pesto
3 cuillères à soupe de graines de courge
Une belle touffe de coriandre fraîche
1/2 gousse d’ail
1 yaourt au lait de brebis ou 6 cuillères de yaourt à la grecque
Quelques gouttes de jus de citron
1 c. à café de très bonne huile d’olive
Sel fin, poivre du moulin

Faire légèrement griller les graines de courge au fond d’une casserole. Les verser sur une assiette pour qu’elles refroidissent.
Dans la même casserole, porter à ébullition 3 litres d’eau. Y plonger les lentilles et la cardamome. Laisser cuire 12 min -soit le temps de préparer le pesto, mettre la table et convaincre ses enfants d’aller se laver les mains.
Pendant ce temps donc, préparer le pesto. Ecraser -au pilon, au marteau-piqueur, au Valentin électrique, au moulipersil, à la tourniquette magique ou à la moulinette ficelle que personnellement j’affectionne même si c’est une odieuse tentative de soudoyer la presse culinaire- bref écrabouiller grossièrement tous les ingrédients du pesto sauf le citron, l’huile et le yaourt, que vous ajoutez à la fin.
Ajouter alors les coquillettes et 1/2 c. à café de sel dans la casserole, et laisser cuire le temps indiqué sur le paquet -7 à 8 min, c’est parfait pour les miennes. Et oui : on ne sale que maintenant, parce que les lentilles ont déjà bien avancé leur cuisson (yek yek yek).
Egoutter, déguster avec une noix de beurre, de l’huile d’olive, ou ce délicieux pesto que les nains bouderont (tant mieux, y’en a plus pour nous).

Facebook
Twitter
Google + E-mail
14 Commentaires Ajouter le vôtre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *