Le battement d’ailes d’un papillon-cheesecake. Un gâteau d’anniversaire pour les petites filles.

En même temps que le gâteau-avion tout noir, sur la table, il y avait un papillon tout blanc.

En effet, j’avais acheté il y a quelques semaines un improbable moule en silicone en forme de papillon, tout rose, qui avait beaucoup amusé Virgile. Vu les controverses sur le silicone et n’étant pas sûre à 100% de la fiabilité de celui acheté, je m’étais dit qu’il serait parfait pour mouler des glaces ou des parfaits.

Finalement, je l’ai inauguré avec une sorte de bavarois au goût de cheesecake, un cheesecake sans cuisson si vous avez tout bien suivi.

Vous savez, juste le dessus, pas la croûte de biscuit dont je n’avais pas besoin puisque l’autre gâteau était sans crème, et au chocolat bien cacaoté par-dessus le marché. L’idée est venue au rayon des fruits rouges, dont Virgile raffole : en voyant les framboises et les myrtilles, je me suis souvenue d’une assiette en laque rose (Monoprix, ma deuxième maison) qui les accueillerait parfaitement, pile à la taille du papillon. L’idée étant que les deux gâteaux puissent se marier tant par leurs saveurs que par leurs textures, et aussi que Virgile ne mangeant pas de gâteaux puisse se régaler de fruits comme il aime, le jour de son anniversaire.

Virgile a donc mangé les fruits, les petites filles présentes à table ont trouvé le papillon joli, et les grandes filles ont léché l’assiette du papillon, réclamant à corps et à cri la recette que voici. D’aucuns diront que ce papillon kitsch est un rêve de Barbie, qu’importe : on a bien le droit d’avoir à nouveau cinq ans de temps à autre !

____________________

Bavarois-cheesecake comme un papillon
Pour un petit moule en silicone d’environ 6 cm de haut

300 g de fromage frais à tartiner (type Saint Moret)
4 pots de petits suisses (240 g)
100 g de sucre
8 cl de crème liquide entière
3 feuilles de gélatine
1 citron vert bio

Faire tremper les feuilles de gélatine dans l’eau froide.
Dans un grand saladier, mélanger le fromage frais, les petites suisses et le sucre : laisser reposer 2 min, le temps que le sucre fonde dans le fromage. Râper le zeste du citron directement au-dessus de la crème. Faites tiédir la crème, essorer fortement les feuilles de gélatine et les déchiqueter dans la crème (attention, pas trop chaude la crème : vous devez pouvoir y mettre le petit doigt). Bien mélanger pour que la gélatine fonde parfaitement, ajouter à la préparation au fromage, bien mélanger à l’aide d’une maryse.
Remplir votre moule d’eau, puis le vider, et verser votre préparation à bavarois dans votre moule posé sur un plateau. Mettre au frais au moins 6h.
1 h avant de servir, mettre votre bavarois au congélateur, afin que le démoulage soit parfait et la texture impeccable
Démouler et entourer de fruits rouges.

Note : si vous ne voulez pas passer par l’étape congélo, ajoutez une feuille de gélatine à la préparation. Voulant éviter la texture collante-béton des bavarois que je n’aime pas trop -j’avais vraiment en tête le dessus d’un cheese-cake- j’ai limité la gélatine, ce qui rend l’opération démoulage trop difficile. Le passage au congélateur assure une chouette texture et surtout un démoulage impeccable, le cheesecake s’accommodant mieux que bien d’une texture glacée. A refaire en mini-moules me suis-je dit !

Facebook
Twitter
Google + E-mail
17 Commentaires Ajouter le vôtre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *