Une volette à mémoire – Visitandines à la rhubarbe pour belle-maman

Pendant une semaine, je propose une recette estivale aux lecteurs du Parisien-Aujourd’hui en France. J’ai le plaisir de succéder à Pascale dans cette lourde tâche de proposer une recette simple, pas chère, de saison… et qui vous fasse envie ! Bienvenue à ces nouveaux lecteurs, et mes excuses à ceux qui reconnaîtront des anciennes recettes republiées  : c’était une bonne occasion de retrouver dans mes archives quelques bonnes petites choses....

J’ai une belle-mère, et vous savez quoi ? Je l’aime. Vraiment. Ce qui n’est pas toujours le cas dans les relations belle-mère / belle-fille, m’a-t-on dit. Mais ma Bernadette, je l’aime beaucoup, ne serait-ce que parce qu’elle a élevé son fils sans en faire un macho. Pour en avoir fait un garçon qui sait coudre et changer une couche mieux que moi, tout en restant viril. Pour avoir réussi à travailler en ayant 4 enfants rapprochés -je me demande régulièrement comment elle a tenu le coup.

L’été dernier, il lui a fallu quitter sa grande maison de l’Aisne -région peu riante, je l’avoue, je reste assez éternuante à la vision des champs de colza et de betteraves-, et nous avons beaucoup, beaucoup trié d’objets et de souvenirs. Lorsqu’elle m’a demandé dans tous ses ustensiles de cuisine de choisir ce qui me ferait plaisir, j’ai répondu sans hésiter « les volettes à pâtisserie« . Je n’ai bizarrement jamais osé m’en acheter, trouvant l’objet encombrant, et assez moche. Mais les grilles de Bernadette, elles étaient tellement jolies, et elles ont laissé refroidir tant de bonnes tartes faites pour ses enfants et petits-enfants, que je me suis dit qu’elles me donneraient peut-être le virus de la pâtisserie et le talent de faire passer de l’amour dans les petits plats. Bien évidemment, elle les tenait de sa propre mère : mieux que des bijoux de famille,
deux jolies grilles, une petite volette à cercles concentriques, et une à mailles carrées -que vous verrez forcément un jour en photo.

Avec la maison, il a fallu également dire adieu aux deux pieds de rhubarbe du jardin, dont elle me gardait précieusement les tiges, connaissant mon amour démesuré pour ce drôle de légume-fruit acidulé comme je l’aime. Le jour où je trouvais une bouteille de bière à leur pied, j’en avais été étonnée… avant de me faire expliquer que les limaces qui ravageaient les pieds les évitaient ainsi soigneusement. Les limaces n’aiment pas la bière -moi non plus d’ailleurs, sauf dans les crêpes et le boeuf à la Guiness- mais adorent la rhubarbe, je me suis sentie assez proches d’elles d’un coup. Il est temps de prendre de la vitamine C avant de trop leur ressembler…

Alors, avant de partir en vacances, j’ai vidé le frigo et le congélateur, dénichant quelques tiges de rhubarbes congelées, qui sont allées garnir ces délicieuses visitandines, madeleines de luxe aux amandes, soit-disant adorées de Marie-Antoinette (quel dommage que Ladurée n’en fit pas, on les aurait vues chez Sofia Coppola à la place des macarons, la face de la pâtisserie de luxe française en eut peut-être été changée…).

Les visitandines ne comportant que des blancs d’oeufs, c’est parfait pour changer des macarons et autres rochers cocos, voire des langues de chat. Les jaunes étaient passés dans la réalisation d’un parfait au café absolument délicieux, et la boucle est bouclée : la glace au café est l’un des desserts préférés de Bernadette…

En regardant ces petits gâteaux fondants et désuets refroidir sur la grille, je me suis demandée comment il m’avait été possible de laisser refroidir mes cakes et autres muffins sur de tristes assiettes.  Peut-être fallait-il que ces grilles me viennent d’une autre femme et d’une famille d’adoption pour que je me décide à faire des desserts « de maman », et à apprendre la patience et la valeur des petits détails ?

Je crois que la prochaine fois que nous lui rendrons visite à Reims, Bernadette croquera dans un sablé au café.

VISITANDINES A LA RHUBARBE

Pour 6 empreintes à muffins

2 gros blancs d’oeufs
70 g d’amandes en poudre
50 g de beurre demi-sel fondu
50 g de sucre blond de canne
40 g de farine T65
Une quinzaine de morceaux de tiges de rhubarbe (env. 200 g)
Deux gouttes d’extrait d’amandes amères
1/2 sachet de levure chimique
1 cuillère à soupe de sucre parfumé à la coriandre Terre Exotique (facultatif, mais décoratif et dont le goût épicé souligne bien les parfums de rhubarbe)

Laisser décongeler la rhubarbe ou la passer au micro-ondes, la laisser égoutter.
Mélanger tous les ingrédients secs avec le beurre fondu, l’arôme et les blancs d’oeufs, travailler la pâte pendant environ 5 min.
Répartir dans des moules à muffins en silicone, déposer les tronçons de rhubarbe en les enfonçant légèrement.
Saupoudrer légèrement de sucre parfumé.
Faire cuire dans un four préchauffé à 180 ° (th.6) pendant environ 30 min.
Démouler et laisser refroidir sur une très jolie grille à histoire, que vous serez contente de donner un jour à votre belle-fille.

Facebook
Twitter
Google + E-mail
38 Commentaires Ajouter le vôtre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>