Biscuits de Montbozon, quand les deux font la paire

Je suis une fille simple. Pour me faire plaisir, rien de mieux que de me mettre sous le nez une gourmandise archi-locale, avec une belle histoire -j’irai jusqu’au story telling- et impossible à commander sur Internet.

A l’heure où en un clic on peut se faire livrer madeleines de Commercy ou un gâteau basque de chez Pariès,  c’est encore meilleur s’il faut faire un détour ou se voir offrir en cadeau par un local ou un voyageur de passage une telle bizarrerie sucrée ayant traversé les siècles.

Et cette année, c’est une boîte de biscuits de Montbozon qu’une jeune personne originaire de Franche Comté (la même qui  me confia il y a quelques années une recette de gâteau au chocolat devenue depuis dans un de mes livres le parfait Gâteau Jacqueline) me glissa dans les mains avec un grand sourire.

Biscuits de Montbozon - boîte

Dragon, typo rétro, petit format de la bête : ayé, j’étais perdue dans mes contemplations… On dit (et c’est même imprimé sur la boîte) que sa recette fut mise au point par le pâtissier de Louis XVI, qui montra à la famille Lanternier, alors propriétaire de l’Hôtel de la Croix d’Or, comment le réaliser. Big succès pour ce petit gâteau dont raffolait Marie-Antoinette (Sofia et tes macarons roses, prends toi ça dans les Converse) dont la recette fut ensuite transmise… avec le succès régional qui alla avec.

Déjà très en avance sur son temps, ce biscuit philippin a même son slogan : « le dessert des rois, le roi des desserts« , qui fait indéniablement penser à la petite phrase de Talleyrand sur le brie au Congrès de Vienne. Qui aurait plagié qui, einh ?

Au goût, c’est très proche d’un biscuit à la cuiller, un peu plus cuit, avec un goût très net de fleur d’oranger, bien présente. Le fait qu’ils soient accolés deux à deux, sans garniture entre, est assez étonnant comme format : on se demande où est passée la ganache, déformés que nous sommes après toutes ces années de macaronattitude aigüe.

Biscuits de Montbozon

 

Et instinctivement, on le démonte, pour être sûre qu’il n’a rien à cacher :

Biscuits de Montbozon ouverts

 

Nada, queud’, taratata, degun, des nèfle, c’est à vous de garnir si le coeur vous en dit. Chantilly, confiture, lemon curd, tout est permis. On voit d’un coup le potentiel de la bête à créer des finger charlottes croquables en deux bouchées. Et puis on l’imagine bien trempé dans le champagne bien sûr, même si c’est pas la région, ou dans pas mal d’alcool (ils deviennent alors biscuits de Montboozon).

Et d’un seul coup, l’évidence : avec lui, on tient enfin la preuve que le geste de démontage du biscuit fourré – BN, Prince, Oreo- n’est pas lié à la gourmandise (miam, lécher la crème !) mais à la simple curiosité de savoir ce qui se cache à l’intérieur. CQFD.

Seul regret pour ces biscuits qui se targuent de suivre « l’authentique recette du pâtissier de Louis XVI », la présence de… sucre inverti dans la composition. Certainement pour qu’ils restent bien moelleux. Mais j’imagine que la recette originale devait plutôt contenir un peu de miel, non ?

Biscuits de Montbozon, produits par la Biscuiterie Lanternier
(youpi, le chef en est une femme, Frédérique Ventron-Cusenier !)
40 Rue des Chenevières
70230 Montbozon

D’autres gâteaux rétros ?
- Le Colombier de la Pentecôte
- Le gotchial de Saint Armel

 

Facebook
Twitter
Google + E-mail
14 Commentaires Ajouter le vôtre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>